Fête de la truffe, Valensole, 2 et 3 février 2013

Tout le monde se souvenait du froid polaire de la fête d'Oraison en 2012! Cette année, rien de tel, mais un grand mistral et du soleil. De temps en temps, des rafales soudaines et il fallait retenir les parasols des stands: le stand de notre association a bien failli s'envoler. La fête a quand même été réussie, et tout le monde était content le dimanche soir.

Samedi après-midi 2 février,

Visite de la ville, démonstration de cavage

Il y avait une bonne assistance pour la visite de Valensole et pour la démonstration de cavage. La truffière étant assez ancienne, et cette année pauvre en truffes, Jean-Luc Bénard, pépiniériste à Redortiers, avait enterré quelques truffes avant de faire travailler son chien. Les spectateurs apprécient toujours le travail du couple chien/maître. Une bonne complicité est nécessaire pour qu'il y ait de bons résultats. Et par temps de mistral, le travail du chien est plus compliqué. C'est dans ces conditions difficiles que l'on repère les meilleurs. Cette année, c'est chijuan qui a fourni un bon travail. La chienne de Jean-Luc, tchoupi, est en cours de formation. Elle sera vite au top.

photo cavagephoto cavage

 

Le vin chaud

Pour les courageux qui sont venus jusqu'à la démonstration de cavage, l'association offrait le vin chaud. Cette année encore, il a été très apprécié. Michel qui le sert traditionnellement chaque année a juste eu du mal pour allumer le gaz!

photo cavagephoto cavage

 

Le petit marché aux truffes

2013 est une année moyenne pour la truffe: beacoup de trufficulteurs n'ont pas récolté une seule truffe, à cause des longues périodes de sécheresse, notamment de juin à septembre. Et même ceux qui ont pu arroser en été n'ont pas tous récolté! Rien ne vaut la pluie, surtout les orages d'août!Il y avait quand même quelques producteurs locaux qui proposaient de belles "mélanos" (Tuber melanosporum, truffe noire dite du Périgord).

 

La démonstration culinaire


C’est un peu le clou de la journée du samedi : après la sortie en plein vent, tout le monde se retrouve à l’intérieur, dans une ambiance très conviviale pour essayer de capter quelques recettes, quelques tours de main, admirer la dextérité des cuisiniers, notamment pour découper les oignons en fines lamelles, etc…
Dans la salle Tardieu, une cuisine de fortune avait été installée, avec quelques réchauds à gaz et même une plaque à induction. Cette année encore, trois chefs de restaurants renommés des Alpes-de-Haute-Provence étaient présents.
Jérôme Roy, le Couvent des Minimes à Mane,
Joël  Juglaret, les Terrasses de la Bastide à Forcalquier
Jany Gleize, la Bonne Etape à Château-Arnoux.

C’est Jérôme Roy qui a eu la vedette, il a préparé sa recette en direct, avec les commentaires toujours pertinents de l’animateur. Au passage, on apprend que pour "suer les échalotes", il faut les saler. Ainsi elles rendent leur eau que l’on fait évaporer. Voir la recette complète à la rubrique « recettes ». Les coupelles de ragoût de rattes à la truffe noire Tuber melanosporum, mousseline persillée et allumettes d’Agria ont été dégustées avec plaisir. Tous les commentaires ont été élogieux.
Pendant ce temps, Joël Juglaret préparait des amuse-bouche « pommes de terre farcies mousseline montée à la crème fraîche avec écrasée de truffe.
Le chef étoilé Jany Gleize improvisait une recette en fonction des produits disponibles. C’était une crème de truffe à l’huile d’olive, préparée comme un anchoïade. On a pu ainsi tremper du cèleri dans cette préparation pour le déguster. C’est assez rafraîchissant et très original. Les gourmands ont raclé le plat !
Et les vins ? Jany Gleize recommande le Géwurtztraminer, le Pomerol, ou tout simplementun vin local, le Domaine de la Blaque, cuvée collection.

 

photo d�monstration culinairephoto d�monstration culinaire

 

photo d�monstration culinairephoto d�monstration culinaire

 

photo d�monstration culinairephoto d�monstration culinaire

 

Conférence « Les avancées scientifiques… », salle Tardieu, par Aimé Richaud.

photo conf�renceDès que les cuisiniers ont libéré la salle, Aimé Richaud a enchaîné avec son diaporama sur les avancées dans la connaissance de la truffe. Le mystère de la fructification est dévoilé peu à peu… Il y a certaines avancées : ainsi, on a pu faire germer des spores ! Les photos présentées sont remarquables. On peut obtenir un mycélium issu de spores de deux polarité différentes, condition pour la fructification. Et comme le dit Aimé : « Imaginons que l’on puisse cultiver, en laboratoire, ce mycélium en abondance et que l ‘on puisse l’apporter dans sol, sur un brûlé existant. (toutes conditions favorables réunies par ailleurs). »
Les trufficulteurs imaginent bien : ils pourraient augmenter très nettement les récoltes ! Attendons que le rêve se transforme en réalité.
Le texte de la conférence figure dans notre bulletin N° 9 de décembre 2012. Pour se le procurer, il suffit d’adhérer à l’association.

 

Dimanche 3 février

Inauguration de la 24 ème fête de la truffe

Dès le matin, les stands sont en place. Ils sont réservés aux producteurs de truffe locaux, aux commerçants  proposant des produits du terroir et à ceux qui vendent des produits à base de truffe. Dès l’installation , les contrôleurs mandatés par le syndicat des trufficulteurs examinent les truffes une par une. Toutes les truffes qui ne sont pas des Tuber melanosporum sont retirées du marché, et rendues en fin de marché. Ainsi les acheteurs sont certains de se procurer des truffes de qualité. Cette année, les prix se situaient autour de 1000€ le kg. Et l’offre était moins abondante que certaines années plus favorables.

photo inaugurationphoto inauguration

L'inauguration de la fête se fait toujours dans la bonne humeur: Quelques courts discours donnent la tonalité de la fête. Le maire est content pour sa ville, le président des trufficulteurs apprécie l'accueil, Le conseiller général du canton y va de sa tirade sur la truffe... Et les specateurs applaudissent! Ensuite, on plante un chêne truffier, offert cette année par les pépinières Robin, de Saint-Laurent-du-Cros. En même temps, le concours de brouillade commence, encadré par Marie-Aline, qui a le redoutable privilège de succéder à notre Mary Poppins, Liliane.

Cavage avec Fun.

Cette année, la truie Pépette était en voyage... Dommage pour ceux qui apprécient l'efficacité de cette truie de 160 kg menée de main de maître par Guy Corriol...

Mais il y avait un chien exceptionnel, Fun, un berger malinois. Comme l'explique son maître, Jean-Noël Puche, ce chien a été éduqué, mais à la base, il a des qualités exceptionnelles. Cette race est d'ailleurs bien connue des gendarmes, policiers, douaniers... pour la recherche de drogue, la lutte contre la délinquance, etc... Il trouve les 7 truffes cachées en terre en moins de 30 secondes, en promenant sa truffe au ras du sol, à toute vitesse. A côté de lui, il est certain que les autres chiens n'étaient que des amateurs!

photo cavagephoto cavage

 

photo cavagephoto cavage

 

 

 

 

Concours de brouillade

Dès 10 heures les candidats étaient à pied d'oeuvre pour le concours de la meilleure brouillade. 7 candidats cette année, hommes et femmes. Le jury a goûté en aveugle et noté les préparations. Cette année, c'est une dame qui est lauréate. Et lors de la remise des prix, elle a chanté sans trembler "Osco Manosco"!

photo brouilladephoto brouillade

 

retour haut de page
logo association 

  Site cr�� par RF pour:
  Association des trufficulteurs de Haute-Provence,
  Maison du Patrimoine, 04300 MANE.

  Nous écrire : [email protected]

  Tous droits réservés.