20 ème fête de la truffe, Forcalquier

7 et 8 février 2009

f�te Forcalquier 2009

 

Samedi 7 février2009

Le samedi, c’est le jour des vrais amateurs de truffe. En effet, les exposants ne sont pas encore présents et l’après-midi est consacré uniquement à la truffe noire, Tuber melanosporum, notre rabasse. Ceux qui ont bravé le froid ne sont venus que pour la truffe.
Dès 14 heures, on commence par une visite guidée de la ville, avec les commentaires avertis des représentants de l’office du tourisme. Forcalquier, la cité des quatre reines, comme aime à le rappeler le Maire, Christophe Castaner, possède un patrimoine très riche.
Les questions sont nombreuses, le groupe d’une bonne trentaine de personnes se dirige tout doucement vers une truffière située sur les hauteurs de la ville.

Le cavage dans la truffière

le cavage JL B�nard et sa chienne C’est là que les attendent Jean-Luc Bénard et sa gentille Lou pour une séance de cavage. On ne se lasse pas d’admirer la complicité du maître et du chien. En un quart d’heure, Lou trouve une dizaine de truffes, assez petites…et à chaque fois elle reçoit sa récompense. Tout le monde admire et fait cercle autour d’un chêne, à la limite du « brûlé » produit par la truffe.
Mais il ne fait pas chaud et les participants se dirigent, à l’odorat sans doute, vers le vin chaud offert comme chaque année par l’association. C’est Michel qui se fait un plaisir de remplir les verres.

le vin chaudle vin chaud

Un verre, deux verres…Bien réchauffés de l’intérieur, les participants rejoignent par petits groupes la place du Bourguet.

 

Le petit marché aux truffes

 
march� aux truffesmarch� aux truffes Cette année, les organisateurs avaient décidé d’ouvrir un petit marché aux truffes sur la place du Bourguet dès le samedi après-midi. Le bilan final sera fait avec les trufficulteurs, mais on peut d�j� constater qu'il y avait des acheteurs. Les plus gourmands achetaient 100 grammes de belle truffes noires garanties.
Les truffes sont depuis quelques jours parfaitement mûres et d’excellente qualité. Avec une vingtaine d’euros, on peut faire un plat qui va ravir cinq ou six convives. Il fallait voir les connaisseurs respirer avec délices le parfum des truffes en plongeant le nez dans un sachet de papier contenant une dizaine de « mélano »…C’est la publicité olfactive, impossible de la passer à la radio ou à la télé !

Démonstration gastronomique
d�monstration culinaire La salle Pierre Michel était trop petite pour accueillir tout le monde ! Il faut dire que, comme chaque année, les chefs proposent des recettes alléchantes. De plus, la soirée est présentée avec humour et tact par l’animateur vedette de la télévision régionale TLP, Sébastien Galaup. La projection sur grand écran permet de voir ce qui se passe dans les coulisses de la préparation culinaire et jusque dans la casserole.
Cette année, la vedette était incontestablement Jany Gleize, le chef étoilé du restaurant « La bonne étape » à Château-Arnoux. Il proposait et réalisait en direct un potage à la courge, agrémenté de truffes émincées à la main, qui a fait le régal des heureux qui ont pu la déguster dans une soupière miniature. La truffe non cuite conserve tout son goût et tout son arôme.
Ensuite un mariage inattendu, topinambour et truffe. Le topinambour traîne une lourde réputation de nourriture des restrictions de l’après-guerre. Et pourtant c’est un légume délicat qui est en train de revenir sur les étals et sur les bonnes tables. C’est Eric Vuoso du restaurant le Stendhal à Château-Arnoux-St-Auban qui a confectionné cette recette d’"artichauts de Jérusalem".
d�monstration culinaired�monstration culinaire Pour le dessert, c’est Thierry Bibloque, de la chocolaterie Manon à Peyruis qui a proposé une association chocolat de Madagascar/cr�me fra�che/truffe fra�che. Les dégustateurs ont trouvé le chocolat excellent, on s’en doutait, mais ils auraient aimé un peu plus de parfum de truffe !d�monstration culinaired�monstration culinaire

Et enfin...

Diaporama « il était une fois la truffe » 
diaporama C’est Aimé Richaud, un ancien du CNRS, qui a présenté cette conférence. C’est un véritable roman policier. 80 personnes ont découvert ce scénario un peu inquiétant qui montre que la recherche scientifique sur la truffe a encore beaucoup de progrès a faire…On évoque avec raison le mystère de la fructification de la truffe. Les rabassiers et leur chien ou leur cochon ont encore de beaux jours devant eux. Ils feront encore rêver les amoureux de la truffe. Autre bonne nouvelle, il est très difficile de faire un arôme artificiel de truffe, c’est une substance beaucoup trop complexe. Tant mieux. Attention, il se vend quand même de l’huile « à la truffe », appellation autorisée par l’Union Européenne, qui n’est pas toujours élaborée avec des truffes…Les vrais connaisseurs ne s’y trompent pas.

Dimanche 8 février2009

Démonstration de cavage
cavage truie Les organisateurs ont aménagé un bel espace, avec une épaisseur de 50 cm de sable, dans lequel sont cachées quelques belles truffes. Toutes les heures, Guy Corriol sort sa célèbre Pepette pour une démonstration de cavage qui fait l’admiration du public. Ce n’est pas rien de piloter une truie de 170 kg pour maîtriser la situation. La truie raffole des truffes, mais elle est si bien conduite que lorsqu’elle a mis la truffe à jour, elle s’arrête et réclame sa récompense : Avec une belle dextérité, elle attrape le gland que Guy lui donne et s’en régale ! Et c’est reparti pour trouver une autre truffe, puis toutes les autres. C’est un travailleur infatigable, à l’intelligence insoupçonnée. C’est sûrement elle qui a été le plus photographiée ce dimanche. Le matin la tournée dans les stands, truie en tête et trufficulteurs en tenue derrière, ne manquait pas d’allure !

Concours de brouillade
concours de brouillade concours de brouillade C’est maintenant un concours bien rodé et Liliane Caplan l’organise avec la plus grande impartialité. Cette année, dix cuisinières se sont inscrites. Il faut voir avec quelle application la brouillade est préparée. Attention de ne rien oublier, sous l’effet du stress ! Le moment le plus délicat est sans doute la cuisson. Ici pas de plaque à induction parfaitement régulée, mais un simple réchaud à gaz de camping. Enfin la brouillade est prête, est-ce qu’elle est réussie ? C’est le jury qui jugera en aveugle, tout à l’heure au début du repas .

Les exposants voir toutes les photos
les exposants les organisateurs Pas moins de cinquante exposants, beaucoup du département, d’autres venant de plus loin, proposant des produits du terroir, du pain d’épices, du miel, de l’huile d’olive…Et bien sûr des producteurs de truffes. A ce sujet notons la rigueur du contrôle : toutes les truffes proposées à la vente sont vérifiées. La seule espèce autorisée est Tuber melanosporum, ou truffe noire dite du Périgord (on sait que 80% de la production vient de Provence). C’est vraiment une garantie pour les acheteurs. A 70€ les 100 grammes, les truffes se sont bien vendues.
Sur le stand de l’association, on pouvait se procurer des ouvrages sur la trufficulture, et trouver toutes les informations nécessaires pour adhérer.

Le repas gastronomique, espace culturel « La bonne Fontaine »
jury d�gustation Impressionnante la salle où était servi le repas : 300 convives ! Cette année, c’est Stéphane Paroche qui avait été choisi . Le jeune chef de « La Magnanerie » à Aubignosc a déjà une belle réputation bien méritée.
Sur l’estrade, le jury de cinq personnes goûte les dix brouillades confectionnées le matin : suspense, le podium sera connu à 16 heures.
Le repas est apprécié à sa juste valeur et le chef reçoit des applaudissements nourris.

Le podium du concours de brouillade
concours de brouillade Fin du suspense, le Maire se fait un plaisir de remettre les coupes aux lauréates.

 

 

 

 

 

Rendez-vous l'ann�e prochaine...dans une autre ville du d�partement pour une nouvelle f�te de la truffe!

retour haut de page
logo association 

  Site cr�� par RF pour:
  Association des trufficulteurs de Haute-Provence,
  Maison du Patrimoine, 04300 MANE.

  Nous écrire : [email protected]

  Tous droits réservés.